Guilde Ultime

Agrandir le Pénis!

Home / La Chirurgie Serait- elle La solution ?

La Chirurgie Serait- elle La solution ?

Chirurgie du pénisOn a tous entendu parler de la fameuse « Pénoplastie » ou « Phalloplastie » exercée depuis les années 80 pour agrandir le pénis. Mais pourtant, même avec le progrès de la science et des années de pratique, la chirurgie pénienne reste une solution très critiquée.

Plusieurs organisations de santé mondiales considèrent toujours la chirurgie du pénis comme une procédure très dangereuse à adopter uniquement dans des cas extrêmes de grande malformation.

Plus encore, la plupart des chirurgiens plasticiens refusent d’opérer (excepté dans des situations d’urgence, des traumas, des accidents…) et sont encore plus catégoriques lorsqu’il s’agit d’une intervention à but purement esthétique. C’est généralement à cause de l’imprévisibilité des résultats et l’imminence des risques associés à ce genre d’interventions si délicates.

De quoi S’agit-il ?

Il s’agit en gros de deux interventions, l’une pour allonger la taille et l’autre pour grossir la circonférence du pénis et sont généralement pratiquées séparément avec quelques mois d’intervalle.

En fait, elles doivent être séparées parce que le principe de l’intervention de grossissement de la circonférence consiste en l’implantation de greffes de tissus dermiques ou de graisse qui ont besoin de temps pour fusionner parfaitement avec les tissus et les cellules péniennes.

Pendant cette phase, il serait impossible de les faire étirer en longueur, les greffes sont encore fragiles, elles sont sensées se placer tout autour du pénis et donc s’étirer en largeur. En plus, elles ne pourraient pas non plus supporter la force exercée par un extenseur (une étape postopératoire indispensable pour l’intervention de l’agrandissement en longueur).

La faute de la plupart des hommes est de préférer subir les deux interventions en même temps pour s’épargner une deuxième période de convalescence et d’inconfort qui, pour eux, à l’air de durer une éternité.

La Chirurgie pour l’Agrandissement en Longueur :

Cette intervention consiste en la section des ligaments qui suspendent le pénis à l’os pubien. En fait, pour bien s’agripper, une grande partie du pénis est courbée à l’intérieur de votre corps pour passer au dessous de ces ligaments (exactement comme l’ancrage d’un bateau).

Croyez-moi, la partie visible de votre pénis n’est que le bout ! Encore 10 ou 15 centimètres de plus sont enfoncés à l’intérieur, courbés au début puis glissant tout droits jusqu’à derrière le scrotum.

En sectionnant les ligaments de suspension, une partie de l’espace enfoui (principalement la partie courbée) pourrait théoriquement devenir visible aussi, ce qui ajoute quelques centimètres en plus à la longueur de votre pénis.

L’usage d’un instrument de traction reste indispensable après l’intervention. Les résultats ne sont pas immédiats (malgré ce que la plupart d’entre nous pensaient) et un programme d’étirement postopératoire de 3 à 6 mois serait généralement imposé. Une idée reçue qui s’est avérée fausse et qui n’a jamais été mise au clair par les chirurgiens eux-mêmes, celle du résultat immédiat après la chirurgie.

Les Complications Postopératoires :

Complication post-opératoiresMis à part les résultats accomplis qui d’après les études n’étaient pas du tout satisfaisants pour un grand nombre de patients, des complications très gênantes ont toujours été reportées.

  • Le plus gros souci après avoir sectionné les ligaments, c’est que le pénis reste suspendu mais pas bien fixé. C’est ce qui cause la perte trop fréquente des érections pendant les rapports, le pénis glisse et perd sa fermeté, une situation frustrante et qui peut devenir très douloureuse à la longue.
  • Un deuxième souci très gênant aussi, c’est qu’un pénis qui n’est plus fixé selon les règles de la nature, aurait tendance à se dresser à l’horizontale ou se pencher vers le bas pendant les érections, ce qui n’est pas du tout confortable pendant les activités sexuelles.
  • Parfois, des tissus fibreux commencent à se former autour de la cicatrice, créant ainsi comme une seconde peau qui pourrait vraiment causer problème. Non seulement ça affecte les érections et les rend douloureuses, mais ça déforme la courbure du pénis au repos aussi.

Pour conclure, voici ce que j’ai personnellement appris de tout ça :

  • Pour agrandir le pénis on n’a pas vraiment besoin de sectionner ses ligaments, ni déformer sa forme, ni perturber ses capacités érectiles. Des solutions bien plus saines pourraient donner des résultats encore meilleurs tout en préservant la santé du pénis.
  • Ce que vous allez gagner avec la chirurgie est plus ou moins semblable à ce que vous pourriez accomplir avec un extenseur et quelques exercices réguliers. D’ailleurs dans les deux cas, les résultats restent momentanés alors pourquoi courir autant de risques ?
  • Les cicatrices peuvent développer des tissus fibreux gênants qui ont des effets néfastes sur le confort des rapports sexuels.
  • Le principal rôle des programmes de traction postopératoires (8 heures par jour pendant 6 mois) se limite à minimiser les dégâts et surtout la formation des tissus autour de la cicatrice et à la base du pénis.

La Chirurgie pour Grossir la Circonférence

Il s’agit principalement de greffer de la graisse dans votre pénis de deux façons :

L’Injection de Cellules Graisseuses

Injection de GraisseC’était la toute première intervention chirurgicale pour faire grossir le pénis en circonférence et qui est encore pratiquée aujourd’hui, mais qui présente toujours plusieurs effets secondaires.

Il s’agit d’injecter des cellules graisseuses liquéfiées extraites avec une liposuccion soit au niveau de l’abdomen ou de la partie supérieure de la cuisse.

Juste après l’intervention, vous pouvez remarquer une augmentation impressionnante de l’épaisseur de votre pénis qui peut atteindre les 50% de plus, mais qui est rapidement perdue, c’était en fait un gonflement postopératoire qui disparait pendant la convalescence.

Le plus gros problème avec l’injection graisseuse, c’est que la graisse tend à s’être réabsorbée de nouveau par la peau pour fondre avec les cellules du pénis et l’épaisseur gagnée serait alors rapidement perdue.

Un autre désagrément serait que la texture de la graisse est beaucoup plus douce et molle que celle des tissus péniens. Vos érections risquent donc de ne pas être aussi rigides que d’habitude et l’épaisseur gagnée se fera sentir par votre partenaire comme du matelassage autour de votre pénis. Une sensation pas du tout excitante, un vrai tue-l’amour !

La Greffe de Peau et de Graisse

Afin de contourner tous ces soucis inconfortables, les chirurgiens ont développé une autre technique de grossissement qui consiste en un greffage de graisse et de tissus dermique ensemble.
Deux plaques de tissus à greffer à la surface de la peau du pénis avant de greffer de la graisse au-dessus en vue de l’empêcher d’être réabsorbée par la peau.

Le plus gros problème avec cette intervention, c’est qu’elle se fait avec des incisions assez importantes tout au long du pénis (pouvant atteindre les 15 cm en longueur et 6 cm de largeur) et qui prennent beaucoup de temps pour cicatriser.

Pour Résumer

Ce que vous devez retenir c’est que la solution chirurgicale pour agrandir le pénis n’est pas vraiment LA solution magique.
Rappelez-vous qu’avec toutes ces complications majeures, il y a aussi les risques d’infections d’hémorragie et de mauvaise cicatrisation.

Sans oublier le coût messieurs !
N’oubliez pas que les deux procédures se font séparément, avec le risque d’une ré-hospitalisation ou une nouvelle intervention réparatrice vu les éventuelles séquelles envisageables.

A Lire également : Comment j’ai pu agrandir mon pénis naturellement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous Aimez? Alors Partagez :-)

>> <<

Avertissement : les informations sur ce blog ne constitue pas un avis médical, c’est le résultat d’une recherche approfondie sur l’agrandissement du pénis que j’estime très significative! Si vous avez besoin d’un avis médical, consulter votre médecin, il est habilité à vous diagnostiquer dans son cabinet et vous donner son avis.